Lilo est un moteur de recherche français qui vous permet de faire vos recherches web comme d’habitude, sans collecter vos données personnelles et en utilisant l’argent de la publicité pour financer gratuitement des projets sociaux et environnementaux.

En savoir plus

Pour aider à financer Tchendukua Ici et Ailleurs utilisez Lilo !

Tchendukua Ici et Ailleurs

Permettre aux peuples autochtones de retrouver leurs terres et protéger la nature ; ouvrir le dialogue avec eux pour renouer avec le vivant en Europe.

Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

124 $
Tchendukua accompagne les peuples « racines », autochtones, dans la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie, afin qu’ils puissent reprendre possession de leurs terres ancestrales, préserver la nature et faire vivre leur culture. Chaque terre restituée, chaque arbre préservé est une victoire. A l’heure de l’anthropocène, l’enjeu ne se situe pas uniquement en Colombie. Tchendukua s’attache aussi à ouvrir des espaces de dialogue en Europe entre la tradition millénaire des autochtones, et notre modernité en quête de sens.

Tchendukua Ici et Ailleurs accompagne des peuples autochtones dans la restitution de leurs terres ancestrales et dans la transmission de leurs savoirs aux nouvelles générations. De l’autre côté de l’océan Atlantique, en Europe, Tchendukua ouvre des espaces de dialogue entre leur tradition millénaire, vivante, et notre modernité en quête de sens.

Tchendukua Ici et Ailleurs accompagne depuis 22 ans les peuples autochtones de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie dans la restitution de leurs terres ancestrales, 2000 hectares ont été restitués depuis 1997. Cet accompagnement a un impact direct sur la préservation de la biodiversité et de la culture des sociétés présentes sur ces territoires.
En effet, les actions de l’ONG Tchendukua Ici et Ailleurs répondent à trois problèmes concrets auxquels ses projets répondent depuis plus de 22 ans, à savoir,
1. La destruction de la forêt et de la biodiversité dans la région de la Sierra Nevada de Santa Marta, lieu de biodiversité le plus irremplaçable du monde d’après l’UICN
2. La perte de territoire et les menaces qui pèsent sur les peuples autochtones de la région, alors qu’ils jouent traditionnellement un rôle de « gardiens de la Terre ».
3. La rupture du lien avec la nature dans la sociétés « modernes ».

A l’heure de l’anthropocène, nouvelle époque écologique où les modes de vie « modernes » mettent en péril les grands équilibres écologiques et climatiques de la planète, l’enjeu ne se situe pas uniquement «là bas». Tchendukua s’attache aussi à ouvrir des espaces de dialogue entre leur tradition millénaire, vivante, et notre modernité en quête de sens.

Rendre la terre à ses gardiens

Sauvé d’un œdème pulmonaire par des membres de la communauté Kogis alors qu’il découvrait les hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta (Nord de la Colombie), il décide en retour d’essayer de contribuer à leur survie.
À leur demande, il s’engage à les aider à récupérer leurs terres ancestrales, celles dont ils ont été dépossédés depuis l’arrivée des conquistadores, (1524) par les colons, les pilleurs de tombes, les narcotrafiquants, les paramilitaires et la guérilla.

Cette histoire n’aurait pas été possible sans la rencontre d’Eric Julien avec Gentil Cruz, ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, en charge « des affaires indiennes ». Il deviendra le premier correspondant de Tchendukua en Colombie. Métis (de la communauté Pijao) impliqué auprès des Kogis pendant 30 ans, Gentil Cruz était parvenu à tisser avec eux une étroite relation de confiance. Il a joué un rôle déterminant dans les premières années de l’association.

Eric Julien, fondateur et directeur de l’association est à l’origine de la démarche de rachat et de restitution de terres. Sauvé d’un œdème pulmonaire par des membres de la communauté Kogis alors qu’il découvrait les hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta, il décide en retour d’essayer de contribuer à leur survie. À leur demande, il s’engage à les aider à récupérer leurs terres ancestrales, celles dont ils ont été dépossédés depuis l’arrivée des conquérants (1524) par les colons, les pilleurs de tombes, les narcotrafiquants, les paramilitaires et la guérilla.

Pour cette société millénaire, les humains sans terres, coupés de leurs racines deviennent « des êtres flottants, des êtres morts », ils ne savent plus qui ils sont, d’où ils viennent et où ils vont.

Tchendukua est le nom du village où sont formés les chamans et qui signifie : là où converge la pensée

- Soutenir la restitution des territoires ancestraux aux peuples autochtones. - Permettre la protection et la régénération des forêts. - Consolider à la demande des peuples la transmission et la revalorisation des savoirs ancestraux. - Ouvrir des voies de dialogue nord/sud en Europe. - Construire des projets de sensibilisation en Europe.

- Tchendukua soutient la restitution des territoires ancestraux aux peuples autochtones.
- Favoriser la régénération et la protection des forêts. La destruction de la forêt et de la biodiversité dans la région de la Sierra Nevada de Santa Marta (lieu de biodiversité le plus irremplaçable du monde d’après l’UICN) est un des problèmes concrets auquel répond l’association. En restituant leurs terres ancestrales aux peuples autochtones de la région, Tchendukua leur permet de protéger et régénérer cette exceptionnelle biodiversité. Le respect et la protection de la “Terre Mère” est en effet au centre de la culture de ces peuples. Leur mode de vie et leurs précieuses connaissances écologiques traditionnelles font d’eux les meilleurs gardiens de la biodiversité.
- Impulser la transmission et la conservation des savoirs ancestraux.
Un projet “tissage” a été mis en oeuvre en 2019, auprès de femmes de communautés Kogis et Arhuacas. La pratique ancestrale du tissage chez les communautés héritières des civilisations précolombiennes est plus qu'une activité anodine. L'art de tisser est intrinsèquement lié à l'art de penser. La préservation de ce savoir est directement connectée à la protection des transmissions de connaissances.
- Ouvrir des voies de dialogue nord/sud en Europe. En 2018 Tchendukua a organisé un Diagnostic croisé de santé territoriale, en France dans le souci de diffuser les messages portés par les peuples autochtones et favoriser le dialogue avec les sociétés « modernes ». Quatre shamans Kogis et trente scientifiques européens étaient réunis pour étudier un même territoire, dans le Haut Diois dans la Drôme, mettant en perspective deux approches du monde. Suite aux résultats stupéfiants et constructifs, un second diagnostic croisé de connaissances se met en place, en Suisse, prévu pour septembre 2020.
- Permettre la revalorisation des savoirs ancestraux. Cette valorisation s’opère grâce aux nombreuses conférences et interventions réalisées en France depuis sa création.
Tchendukua a accompagné des chamans de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Europe, afin de permettre la transmission de “messages” aux “sociétés modernes”. Ces savoirs ont pour objectif de nous alerter face aux dérèglements climatiques et à la destruction des écosystèmes. Ces échanges ont pour but de créer une pensée nouvelle, et de nouvelles manières d’agir, en ouvrant un espace de dialogue entre sociétés racines et “sociétés modernes”.
- Diffuser et créer des projets de sensibilisation en Europe.
A travers les projets de sensibilisation de l’association nous tendons à revaloriser les savoirs ancestraux et les valeurs des peuples premiers, en Europe.
En 2019, après une semaine de formation et d’échanges de pratiques en dentisterie dans la Drôme, Judith Nuvita, première femme Kogi a avoir suivi des études universitaires, a donné une série de conférences, à Bruxelles, Paris, Lille et Genève.

- La collecte soutiendra la restitution de terres aux peuples autochtones de Colombie, la régénération de la biodiversité et le dialogue entre sociétés racines et sociétés modernes.

Aujourd’hui, l’association Tchendukua Ici et Ailleurs a besoin de votre soutien :
- pour nous permettre de concrétiser nos actions en faveur des peuples autochtones et de la protection de la nature
- pour poursuivre les projets en Colombie et en Europe, culturel, de plaidoyer, de sensibilisation et de mobilisation des publics, mais aussi de soutien d’initiatives environnementales.

Découvrez les projets de l’association :

- Le projet “Tissage” : vise à préserver cet élément central de la culture des peuples autocchtones de la Sierra Nevada de Santa Marta. L’exécution du projet à été programmée en 2019, auprès de femmes de communautés Kogis et Arhuacas.
- Le Diagnostic Croisé : tend à diffuser les messages portés par les peuples autochtones et favoriser le dialogue avec les sociétés « modernes ».
- Les actions de sensibilisation en Europe : interventions dans les écoles, conférences...
- Les actions de plaidoyer

Tous les projets menés figurent dans le rapport d’activités 2018 accessible sur le site officiel en cliquant sur le lien suivant : https://www.tchendukua.org


Lien du site: https://www.tchendukua.org

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Date Montant HT
Mois en cours 70.7931 $ (estimation)
Reste à payer 68.5457 $
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes