Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso Les enfants d’Hélène. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer Les enfants d'Hélène utilisez Lilo !

Les enfants d’Hélène

Accueillir des enfants avec et sans handicap en centre de loisirs, favoriser la mixité des publics dans les loisirs

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

146 $
Nos actions visent à (re)donner aux personnes en situation de handicap une place dans les loisirs, et tout particulièrement aux enfants, en les accueillant dans un centre de loisirs mixte, leur proposant des mini camps et des séances de cinéma chaleureuses et accueillantes

Nos actions

1) Le centre de loisirs :
Depuis 2009, nous accueillons tous les mercredis et vacances scolaires des enfants de 3 à 17 ans avec et sans handicap ; projet unique sur le département, notre centre de loisirs réserve 30 à 40% des places à des enfants en situation de handicap. Ainsi :
- ces enfants peuvent partager des temps de loisirs avec leurs frères et soeurs, même quand ils ne sont plus scolarisés en milieu ordinaire
- ils gardent un lien avec leurs pairs sans handicap et profitent du bain de dynamisme et de spontanéité de ces derniers
- les familles touchées par le handicap trouvent une solution en relais de l'école ou de l'institution, lors des mercredis et vacances scolaires
- les enfants sans handicap développent des valeurs de solidarité et d'entraide en découvrant la fragilité mais aussi les capacités des enfants différents avec qui ils partagent leurs jeux.

Les enfants d'aujourd'hui connaissent un peu plus le handicap que les générations précédentes, car la loi de 2005 a permis la scolarisation de nombreux enfants ; néanmoins, cette intégration est souvent accompagnée de la présence d'un AVS, qui met de facto l'enfant à une place particulière dans la classe. Aux enfants d'Hélène, les jeux et activités sont partagés, il n'y a pas d'adulte dédié à l'enfant en situation de handicap : ce dernier fait les mêmes activités que les autres, et s'il a des difficultés, les enfants l'aident ; naturellement, les animateurs, en équipe renforcée pour garantir un accueil bienveillant et individualisé, veillent à ce que chacun trouve sa place et puisse même s'isoler si besoin.

2) Les mini camps
Depuis 2016, trois fois une semaine par an, animateurs et enfants partent en mini camp ! une semaine en dur, et deux fois une semaine en camping, en autonomie totale.
Pour les familles ayant un enfant en situation de handicap, ces mini camps sont très importants à plus d'un titre :
- d'abord, c'est souvent la première fois qu'ils osent laisser partir leur enfant : il part avec des adultes qu'il connait, qui le connaissent, que la famille connaît : tout le monde est rassuré ! ensuite, il part avec ses copains, et ça aussi c'est confortable. Enfin, il ne part pas très loin, à moins d'une heure de Montpellier (où est basée l'association), et ça encore, c'est rassurant.
- ensuite, c'est une semaine (5jours, 4 nuits) de répit pour la famille, ce qui arrive extrêmement rarement quand on a un enfant en situation de handicap : la famille élargie ne peut pas toujours relayer les parents, souvent épuisés par le quotidien avec l'enfant
- enfin, les enfants gagnent énormément en autonomie : les gestes quotidiens (prendre sa douche, s'habiller, cuisiner, mettre la table...) se font loin des parents, parfois un peu (trop) protecteurs. Ils rentrent grandis de leur séjour.

La mixité est naturellement aussi de mise lors de ces séjours

3) Les séances de cinéma mixtes
Une fois par mois, l'association organise une séance labellisée ciné-ma différence : une séance chaleureuse, ouverte à tous et particulièrement aux personnes dont le handicap entraîne des troubles du comportement peu compatibles avec les "salles noires" : se lever, parler, rire trop fort...
Des aménagements techniques mais surtout humains sont apportés : la présence de bénévoles tout au long de la séance rassure les familles concernées, mais aussi et surtout les personnes non concernées par le handicap !

Pourquoi ce projet ?

1- le constat :
- Dans la société actuelle, la différence fait peur ; souvent mal connue, elle inspire la crainte ; or c’est en apprenant à connaître l’autre, avec ses différences, que l’on efface les craintes et la méfiance ; mais pour cela, il faut vivre avec l’autre, trouver un lieu de partage ; pour les enfants, le meilleur vecteur de partage reste le jeu.
- Les enfants ayant un handicap ont du mal à accéder aux loisirs ; souvent refoulés des structures d’accueil classiques ouvertes aux enfants sans handicap, ils se retrouvent soit à la maison, sans possibilité de partage, soit «ghettoïsés» dans les structures dédiées.
- Dans ces structures dédiées, l’enfant en situation de handicap perd le contact avec la société, il ne profite pas du bain de langage, de dynamisme, de spontanéité qu’apportent les autres. Il est en outre généralement séparé de ses frères et soeurs valides, avec le risque de distendre le lien fraternel.

2 - les lois
De nombreux textes de loi affirment les droits fondamentaux des personnes en situation de handicaps :

« L'intégration et l'accès aux loisirs des mineurs et de l'adulte handicapés physiques, sensoriels ou mentaux constituent une obligation nationale ».
Loi d'orientation du 30 juin 1975.

« Les états parties reconnaissent que les enfants mentalement ou physiquement handicapés doivent mener une vie pleine et décente, dans des conditions qui garantissent leur dignité, favorisent leur autonomie, facilitent leur participation active à la vie active ».
Article 23 de la Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989.

« Toute personne en situation de handicap a droit à la solidarité de l’ensemble de la collectivité nationale, qui lui garantit, en vertu de cette obligation, l’accès aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens ainsi que le plein exercice de sa citoyenneté. »
« A cette fin, l’action poursuivie vise à assurer l’accès de l’enfant, de l’adolescent ou de l’adulte en situation de handicap aux institutions ouvertes à l’ensemble de la population et son maintien dans un cadre ordinaire de scolarité, de travail et de vie. (…) »
Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, Art. L. 114-1 et 114-2

Pourtant, de nombreuses personnes en situation de handicap n’ont pas accès au droit fondamental qu’est le loisir, et ce dès le plus jeune âge.

L’association «les enfants d’Hélène», constituée de parents d’enfants valides et en situation de handicap et de professionnels, a choisi de répondre à ce triple constat et de combattre ces inégalités en ouvrant un accueil de loisirs sans hébergement pour tous : enfants valides et en situation de handicaps (tous handicaps) y sont accueillis de la même façon, chacun y a sa place et chacun s’enrichit au contact de l’autre.

Objectifs du projet

Nos objectifs sont inscrits dans nos statuts :
- promouvoir par des actions concrètes le vivre ensemble entre publics avec et sans handicap
- réaffirmer la place de la personne handicapée dans la société et sa pleine participation à la vie sociale, culturelle, économique, etc.
- apporter soutien et aide aux familles touchées par le handicap

Actions soutenues par la collecte

L'association est portée par des bénévoles et par 9 salariés (5 équivalents temps plein), qui accueillent et accompagnent les enfants du centre de loisirs plus de 100 jours par an et 15 jours de mini camp.
Les financeurs institutionnels et privés financent de préférence des "projets" inscrits dans une durée courte : ainsi, nous parvenons à financer les mini camps chaque année, mais le financement principal, celui des salaires des animateurs, reste très difficile à financer ; or, nous avons fait le choix d'une tarification très basse, car les familles touchées par le handicap sont très souvent dans une grande précarité financière (séparations et divorces, arrêt de travail d'un des parents voire des deux) : le centre de loisirs est loin d'être financé par les paiements des familles.
La collecte sur Lilo contribuera au paiement des salaires, principal poste de dépense du budget.


Lien du site: https://lesenfantsdhelene.blogspot.com

Date Montant HT
30/09/2019 121.3596 $ (programmé)
Mois en cours 24.7214 $ (estimation)
Reste à payer 17.9792 $
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes