Show all projects

Diable de mer

Mieux connaître pour protéger la raie Mobula mobular en Méditerranée

23 € collected so far

Support this project by using Lilo.

Diable de mer
Des expéditions pour mieux connaître la population de Diable de mer

Un programme ambitieux de sciences participatives

L’association AILERONS porte depuis 2009 le programme de sciences participatives « Diable de mer », à l’échelle nationale qui vise à améliorer la connaissance et la protection de l’espèce du même nom, menacée en Méditerranée. Pour cela, AILERONS recense notamment les observations de l’espèce auprès d’un réseau d’observateurs méditerranéens. En complément, nous animons ce réseau notamment via une newsletter spécifique (présentant l’espèce, les connaissances scientifiques et les actualités du projet), ainsi que via des opérations de communication dans la presse régionale et nationale (TF1, Midi Libre, France Bleu Hérault) et auprès des acteurs associatifs et professionnels de la mer.

Dans un cadre scientifique plus global, nous collaborons depuis 2014 avec le Muséum National d’Histoire Naturelle (via l’Inventaire National du Patrimoine Naturel) : l’association AILERONS est devenue le premier contributeur de données pour le Diable de mer au niveau national grâce à notre base de données dédiée. Et nous ne comptons pas nous arrêter là !
Par ailleurs, nous participons activement à des réseaux techniques (régionaux et nationaux) tels que le réseau « Vigie Mer » et « Sentinelles de la Mer ». L’animation de ces programmes de sciences participatives nous permet de partager et de valoriser les résultats des actions menées auprès des opérateurs techniques et du grand public pour mieux impliquer les citoyens, les institutions et les instances politiques et leur permettre de mieux s’approprier les enjeux autour de la connaissance du Diable de mer.

Des expéditions scientifiques en Méditerranée

Afin d’aller plus loin dans la compréhension et la connaissance des déplacements du Diable de mer, AILERONS a mis en place depuis 2019 des expéditions scientifiques en Méditerranée. Ces campagnes en mer ont un double-objectif : aller chercher l’espèce dans des zones où celle-ci n’a pas encore été observée et étudier ses déplacements et son utilisation du milieu marin via la pose de balises satellites.
Conformément à l’esprit AILERONS, ces expéditions sont conçues pour être les plus respectueuses de l’environnement et pour avoir le minimum d’impact : la majorité des déplacements se font à la voile, nous avons une démarche « zéro déchet » à bord, le régime alimentaire est végétarien et tous les produits utilisés à bord sont d’origine naturelle (savons, crème solaires etc..).

Pour mieux vivre ensemble, nous avons besoin de mieux nous connaître

Une meilleure connaissance de la biologie et de l'écologie de l'espèce

Seul représentant des Mobulidés en Méditerranée, le Diable de mer est une espèce classée comme « En Danger d’Extinction » par l’IUCN, principalement du fait de la mortalité accidentelle par bycatch, exacerbée par la fragilité de l’espèce du fait de son faible taux de reproduction (Couturier et al., 2012). Certains auteurs suggèrent même que l’espèce est en régression sur son aire de répartition (Alava et al., 2002 ; Liste rouge UICN).
À la lumière de ces informations, il n’existe étonnamment que peu d’études sur sa biologie et son écologie (Couturier et al., 2012), son abondance (Notarbartolo di Sciara et al., 2015) ou encore sa répartition en Méditerranée et ses patterns de déplacement (Notarbartolo-di-Sciara, 1987, Canese et al., 2011).
Cette situation peut s’expliquer par la difficulté d’observation, de suivi de l’espèce; le coût des campagnes de terrain ; et un manque d’intérêt général pour l’amélioration des connaissances sur les raies.

Un projet aux bénéficiaires multiples…

En premier lieu, le projet profite naturellement au Diable de mer de par l’amélioration des connaissances scientifiques permise par nos actions et plus globalement à la biodiversité marine qui, nous l’espérons, bénéficiera de l’attention portée à cette espèce. Mais celles-ci profitent également à la communauté scientifique française grâce à la transmission de nos données à l’Inventaire National du Patrimoine Naturel et aux porteurs de projets de sciences participatives par notre participation au réseau « Sentinelles de la mer d’Occitanie ».

Dans un second temps, les usagers de la mer professionnels et amateurs sont aussi le public vers lequel nous nous tournons pour les informer de la nécessité de protéger l’espèce et notre biodiversité et échanger avec eux pour faire progressivement évoluer leur pratique dans la mesure du possible.

Grâce à vos gouttes, jamais deux sans trois !

Durant l’été 2020, nous avons mis en place une seconde expédition couronnée d’un magnifique succès : en plus des nombreuses observations de l’espèce, nous avons réussi à équiper un individu d’une balise satellite ! Une première en Méditerranée française !!

À l’avenir, nous souhaitons donc poursuivre sur cette lancée et organiser une troisième expédition en 2021 et équiper davantage de Diables de mer avec des balises… Mais tout ceci a un coût. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien, de vos gouttes pour nous aider à protéger cette magnifique espèce et par extension la biodiversité marine méditerranéenne !


Lien du site: https://www.asso-ailerons.fr/nos-projets/diable_de_mer_mediterraneen/

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Le projet n'a pas encore de paiements.
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Show all projects