Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso UNE HISTOIRE DE GALGOS. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer UNE HISTOIRE DE GALGOS utilisez Lilo !

UNE HISTOIRE DE GALGOS

Protéger et sauver les lévriers martyrs d'Espagne

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet
152 $
$
Une Histoire De Galgos : Lever de rideau sur un scandale trop peu connu

NOTRE ACTION : ASSISTER NOS REFUGES PARTENAIRES ESPAGNOLS ET ORGANISER L'ADOPTION DES CHIENS QU'ILS SECOURENT

LA SITUATION DES LÉVRIERS ESPAGNOLS
Bienvenue sur la planète des Hommes.
Hélas, sur cette planète, ce que fait l’Homme n’est pas toujours beau.. c'est pourquoi nous devons vous parler de l'enfer que vivent les Lévriers Espagnols.
A ce titre, nous présentons d’avance nos excuses auprès de nos lecteurs les plus sensibles, qui pourraient se sentir choqués ou heurtés par la réalité que nous allons dénoncer et les images qui l’accompagnent.
L’Espagne, un pays qui siège au conseil de l’Union Européenne, un pays qui se dit moderne et pourtant, un pays fier et attaché à ses traditions, aussi archaïques et cruelles soient-elles.
La tauromachie est sans doute la plus connue d’entre elles mais la course aux lévriers et l’horreur qui se cache derrière rivalisent tout autant en violence et en cruauté.

L’ASSOCIATION UNE HISTOIRE DE GALGOS
Notre association s’est fixée pour mission le sauvetage et l’adoption des Galgos, Podencos mais aussi des Bodegueros ainsi que des Mastins espagnols !
La quasi-totalité des chiens remplissant les refuges espagnols n’ont aucune chance de sortir du circuit des chasseurs maltraitants et de connaître une vie digne et respectueuse, c’est pourquoi nous nous engageons pour eux.
Notre volonté est d’aider les refuges espagnols qui sont particulièrement démunis, ne touchant quasiment aucune subvention, ni dons de particuliers.
Nous avons établi des partenariats en Andalousie avec le refuge SIEMPRE CONTIGO à Rota, en Extramadure avec les refuges de RECAL et CHIRIPAINA, en Castilla la Mancha avec le refuge de SAN FRANCISCO DE ASIS ainsi qu'en Aragon avec le refuge PERROS CON ALMA à Zaragoza.
Nous les aidons autant que nous pouvons, d’une part en diffusant leurs chiens en vue de leur trouver des adoptants par le biais de nos différents supports internet (site ; forum ; facebook ; Seconde Chance ; Wamiz ; Juste une croquette etc.), mais aussi par des actions plus ponctuelles en fonction des besoins particuliers de chacun d’entre eux.
Ces aides ponctuelles peuvent se faire sous forme de financement lorsqu'il s’agit, par exemple, d’aménager un enclos sécurisé pour des chiots, ou des chiens plus spécialement vulnérables, ou de prendre en charge des soins particulièrement coûteux ou de lourdes interventions chirurgicales, mais nous pouvons aussi leur fournir le matériel qui leur fait cruellement défaut, comme des machines à laver, indispensables pour l’entretien des couvertures ou des manteaux des chiens et plus généralement tout le matériel dont ils peuvent avoir besoin.
Nous participons également aux frais liés à la nourriture des animaux, à l'achat de vermifuges, d'anti-parasitaires et de médicaments nécessaires pour soigner les chiens atteints des maladies méditerranéennes, notamment la leishmaniose.
Lorsque nous confions nos chiens à des adoptants en France, nous établissons un contrat associatif et nous nous chargeons de toute la logistique pour que les chiens rejoignent leur famille dans les meilleures conditions possibles et le plus rapidement possible. De plus, nous assurons le suivi rapproché des chiens que nous plaçons en France. Nous veillons à leur bonne adaptation dans leur nouvelle vie et accompagnons les adoptants pendant cette période de transition.

L' ORIGINE DE NOTRE COMBAT

Notre combat a pris forme il y a une dizaine d'années maintenant, alors que nous n'étions que de simples adoptants en découvrant le calvaire qu'enduraient chaque année des milliers de lévriers qui ne naissent en Espagne que pour SERVIR, SOUFFRIR et MOURIR.
Cette abomination, qui existe et perdure à nos frontières, va totalement à l'encontre de l'évolution normale d'une humanité dite civilisée.
Nous avons décidé de lutter contre ces pratiques qui entraînent chaque année le massacre de milliers de lévriers en toute impunité au nom de la tradition.
Tant que le lévrier restait la propriété exclusive des nobles, animal de compagnie révéré si ce n’est quasiment vénéré, tout allait bien.
Les choses ont commencé à « déraper » lorsque les classes plus modestes, voire pauvres, qui s’occupaient de ces chiens ont commencé à mettre des jeunes nés de côté pour se les approprier, développant leurs propres élevages clandestins.
Le « Lévrier des pauvres » devint alors une réponse à une réalité économique et un besoin essentiel, manger. A cette époque, les paysans chassaient encore pour se nourrir. Posséder un lévrier, chien de chasse confirmé, signifiait que la famille ne souffrait pas de la faim.
Mais il était bien entendu que ces familles n’avaient pas les moyens d’entretenir l’animal. A la fin de la saison de chasse (fin janvier), lorsque l’animal ne servait plus, il était donc sacrifié par son propriétaire. Les moyens manquants toujours, la pendaison s’est répandue comme la solution la plus simple, avec l’assurance de retrouver un autre galgo (lévrier espagnol) pour la saison prochaine.
Par cruauté, par sadisme, ce qui était un besoin s’est perpétué comme une tradition.
Aujourd’hui, qu’il s’agisse de chasse ou de course, les galgueros (propriétaires de galgos) parlent du « pacte d’honneur » qui les lient à leurs chiens, honneur qu’ils lavent par le sang, en commettant les pires atrocités sur l’animal lorsque celui-ci n’a pas été à la hauteur de leurs espérances.
Les meilleurs peuvent espérer vivre un peu plus longtemps, le temps de pouvoir se reproduire avant de subir le même sort. Pourquoi s’embêter à entretenir une bête une fois la saison passée, lorsqu’ils sont sûrs de pouvoir s’en procurer un autre au moment voulu ? Le chien n’est plus là animal de compagnie ni même être vivant, mais simple instrument au service de la gloire et de l’argent. Lorsqu’il n’est plus utile, il devient une nuisance dont on doit se débarrasser.
Les galgos issus de tels élevages – hélas monnaie courante en Espagne – sont de toute façon élevés dans des conditions si misérables qu’ils sont physiquement incapables d’être performants sur le long terme… La plupart n’ont jamais vu la lumière du jour avant d’être sortis et utilisés, vivent et dorment dans leurs urines et excréments et sont nourris de pain rassis.
Lorsque les chiens errants ou morts ont commencé à faire tâche dans le décor, des perreras ont commencé à voir le jour, initiative encouragée par les autorités. Ces établissements, très semblables à nos fourrières françaises sur le principe, sont de véritables mouroirs pour chiens. Ainsi, les perreras ont commencé à ramasser les galgos abandonnés et errants comme on ramasse des déchets, les cloîtrant dans des conditions tout aussi ignobles que les “usines à chiots” où ils sont nés. Ils n’y reçoivent aucuns soins et sont mal nourris, par souci d’économie. Véritables profiteurs de ce trafic, les perreras n’hésitent pas à s’économiser aussi l’euthanasie en injectant d’autres produits mortels mais autrement plus douloureux aux chiens récupérés, ce qui se produit généralement pas plus tard que 3 semaines après leur arrivée ; les perreras n’ont aucune volonté de faire adopter ces chiens et aucun moyen n’est déployé dans ce sens. Ils en viennent même à enfermer des chiens faibles ou de petite taille avec des chiens plus gros ou agressifs pour s’épargner des efforts…
En Espagne, le Galgo est traditionnellement élevé pour la chasse dans le milieu rural. Les galgueros organisent chaque année des concours de chasse au lièvre ("carreras el campos"), dans différentes régions.
Les lévriers sont lâchés en couples, le vainqueur est celui qui attrape le lièvre. Le vainqueur final est fêté fièrement avec ses maîtres.
Ces concours sont vivement dénoncés par les associations. Les perdants sont systématiquement éliminés de façon cruelle, proportionnellement à leurs performances, pendus (appelée de façon sordide "technique du pianiste": le chien est pendu long ou court selon ses performances pour résister plus ou moins longtemps à l'étranglement, prenant appui sur ses pattes arrières), jetés au fond d'un puits, empoisonnés, abandonnés sans pouvoir s'échapper (retenus), affamés, amputés, traînés derrière une voiture jusqu'à ce que mort s'ensuive, vendus comme appâts de pêche, utilisés comme cibles vivantes pour le tir, comme proies pour l'entrainement des chiens de combats.
La législation en vigueur dans ce pays sur le droit des animaux ne serait pas appliquée envers les propriétaires. La fierté "bafouée" du chasseur dont le(s) chien(s) n'a/n'ont pas chassé à hauteur des exigences du propriétaire, autoriserait ce dernier à punir son ou ses chiens en les torturant et en leur imposant la mort qu'il choisit, le Galgo subissant cependant son sort et revenant parfois même vers son maître, amputé, éborgné...
De plus en plus d'Espagnols s'insurgent contre ces pratiques cruelles et souhaitent que les Galgueros soient sanctionnés lorsqu'ils maltraitent leurs chiens. Nous les soutenons dans leur combat.
Le statut de ce chien est quasi nul en Espagne, ainsi est-il considéré comme une sorte d'outil pour les chasseurs, ne disposant d'aucun statut le protégeant comme les autres animaux de compagnie.
Il en résulte que, chaque année, des milliers de ces chiens sont abandonnés, suppliciés, mutilés et tués par leurs maîtres, en toute impunité.

NOTRE MISSION : EVEILLER LES CONSCIENCES ET SENSIBILISER L'OPINION PUBLIQUE

Faire évoluer les mentalités et sensibiliser un maximum de monde à ces excès uniquement justifiés par ce qu'ils osent appeler la culture. Nous ne pouvons pas accepter que la culture repose sur la souffrance gratuite d'animaux sans défense.
En attendant cette évolution, nous supportons, autant que nous pouvons nos partenaires espagnols qui recueillent ces chiens, parfois dans des états épouvantables, nous aidons à les soigner et organisons leur adoption et leur rapatriement vers la France.
Une Histoire de Galgos se bat aux côtés d'autres organisations internationales de protection des animaux pour sauver un maximum de galgos, victimes de ce trafic et de ses atrocités, ainsi qu’obtenir des droits pour eux, faire voter des lois de protection contre la maltraitance et la chasse à outrance et faire en sorte qu’elles soient respectées. A ce jour, aucun effort réel n’a encore été fait de la part du gouvernement espagnol – la chasse et les monstruosités qu’elles impliquent en Espagne génèrent profits et emplois – et ces associations appellent toujours au soutien de leur cause. Dans ce cadre, elles organisent des campagnes de sensibilisation et d’information, dans les écoles espagnoles par exemple mais également au-delà des frontières du pays, notamment en France.
Notre mission est également de diffuser l’information, afin de rallier un maximum de personnes à notre cause, et faire pression sur le gouvernement espagnol pour qu’enfin il réagisse, en modifiant la loi et applique les mesures de protection animale déjà prises au niveau européen.
Plus de 50 000 lévriers sont massacrés chaque année en Espagne...
Ensemble tendons la main aux survivants !

NOTRE ESPOIR : POUVOIR LEUR PROMETTRE UNE VIE MEILLEURE

Les gouttes d'eau collectées avec le concours de Lilo nous permettront d'accroître l' aide que nous apportons à nos partenaires espagnols, notamment en leur permettant d'aménager les enclos et chenils, souvent extrêmement rudimentaires et parfois limités à un simple terrain aride, sans eau courante, ni abris d'aucune sorte. Il nous serait également possible de financer la réalisation d'espaces de vie décents pour les chiens et d'améliorer les conditions de travail des bénévoles.
Chacun de nos refuges héberge environ 200 chiens, dont certains ne seront jamais adoptés.

Pour terminer, nous voudrions laisser la parole à ces chiens qui naissent sans avenir, mais malgré tout gardent espoir.
"Je voudrais par ces quelques mots vous remercier, en mon nom , au nom de mes sœurs, de mes frères ; vous remercier de nous aider, de ne pas détourner les yeux, de nous aimer.
Plus que tout nous voulons vivre, grandir, oublier, mais si le destin devait en décider autrement, si demain vous deviez parler de nous au passé , dans les moments de tristesse vous pourrez vous dire que vous avez tout tenté, et que grâce à vous nous n’étions plus seuls, que nous avons existé."


Lien du site: https://www.unehistoiredegalgos.com/

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Date Montant reçu HT
31/05/2018 15.7318 $ (à venir)
30/06/2018 15.7318 $ (à venir)
31/07/2018 29.2162 $ (à venir)
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.
Back to Top

Questions Fréquentes