Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso Protéger l’océan Bloom. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer Protéger l’océan Bloom utilisez Lilo !

Protéger l’océan Bloom

Mettre fin aux méthodes de pêche destructrices et à l’expansion de la pression de pêche. Maximiser les emplois durables dans la pêche et l’aquaculture.

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

16 225 $
BLOOM est la première ONG française dédiée à la protection de l’océan et des espèces marines s'interrogeant sur le paradigme économique de la pêche. Reconnue dans le monde scientifique, institutionnel et académique, tant en France qu’à l’international, BLOOM est devenue la référence pêche.

BLOOM UNE EQUIPE ENGAGEE ET EFFICACE

Fondée en 2005, BLOOM est une petite équipe musclée de 8 personnes dévouée aux océans et à ceux qui en vivent. Sa mission est d’œuvrer pour le bien commun en créant un pacte durable entre l’Homme et la mer. BLOOM agit efficacement en menant des campagnes de sensibilisation, des actions de plaidoyer et de pédagogie parallèlement à ses projets de recherche scientifique, avec l'objectif de protéger le milieu marin et d’en préserver sa résilience. Ses actions s'adressent au grand public ainsi qu'aux décideurs politiques et aux acteurs économiques.

Médiateur scientifique, lanceur d’alertes, contre-pouvoir efficace, BLOOM met sa liberté de ton au service des citoyens. Nous les défendons en travaillant notamment sur la question des finances publiques allouées au secteur de la pêche et en s’attaquant au greenwashing industriel.

NOS SUCCES

Quelques-uns de nos succès :

- BLOOM a gagné fin 2016 sa bataille pour l'interdiction du chalutage profond en Europe, après quatre années de procédure législative et quatre années supplémentaires de lobbying intense de la part des industriels
- BLOOM a donné une voix aux océans profonds avec le livre "Abysses" publié en 12 langues et vendu à plus de 150 000 exemplaires et la création de l'exposition itinérante "Abysses" qui a réuni plus de 2,5 millions de visiteurs
- BLOOM a sauvé des requins grâce à sa campagne à Hong Kong et remporté des victoires législatives au Parlement européen avec la coalition Shark Alliance
- BLOOM a mobilisé 900 000 citoyens grâce à sa pétition. Une soixantaine d'artistes et plus de 400 scientifiques, de nombreux médias et élus ont soutenu BLOOM pour l'interdiction du chalutage profond

REJOIGNEZ NOTRE COMBAT - UNE GOUTTE D'EAU = UN GESTE VITAL POUR L'OCEAN

" Près de 90% des stocks de poissons sont pleinement exploités ou surexploités "

Face à ce drame écologique et humain, nous devons agir vite !

Aidez-nous à arrêter le pillage des ressources marines, la destruction des habitats marins et d’emplois de petits pêcheurs dont la survie dépend de cette ressource.

D'avance, un grand merci pour votre soutien !

SOUTENEZ DES PROGRAMMES SCIENTIFIQUES INDEPENDANTS ET INEDITS

Vos gouttes d'eau contribuent à soutenir efficacement nos différentes actions en cours:

- Luttons ensemble contre la PÊCHE ÉLECTRIQUE
Électrocuter des poissons vous est cruel et inimaginable ? Ce n'est pas l'avis de ceux qui se battent pour qu'elle devienne la norme en Europe. BLOOM étudie cette technique barbare pour faire barrage à son développement.

- Consommons responsables ! Soutenez notre étude sur les LABELS « PÊCHE DURABLE »
Vous pensez bien faire en consommant du poisson labellisé pêche durable ? N'en soyez pas si sûrs ! BLOOM mène l'enquête sur la face cachée de ces labels prônant une "pêche durable".

- Agissons contre la cause principale de la surpêche : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES
Saviez-vous que notre argent contribue à la surexploitation des ressources marines ? BLOOM mène une recherche encore jamais réalisée sur l'attribution des subventions publiques causes de surpêche et de perte d'emplois en France. L'amélioration des connaissances fournira l'appui scientifique nécessaire à une réforme efficace des politiques publiques en favorisant une meilleure gestion des fonds et une optimisation de la dépense publique.


Lien du site: http://www.bloomassociation.org

1 day ago

De nombreux chefs se remobilisent contre la pêche électrique

photo Grâce à votre contribution, BLOOM a obtenu le renouvellement du soutien de nombreux chefs membres de l’association Relais & Châteaux et de l’association « Euro-Toques ».
« Nous refusons de travailler des produits issus d’une méthode de pêche condamnant notre avenir et celui de l’océan. Avec les pêcheurs artisans et récréatifs, ce sont des dizaines de métiers qui vont disparaître ainsi que notre culture, notre patrimoine »

7 days ago

Pêche électrique - BLOOM lance une nouvelle pétition

photo Grâce à vous, BLOOM lance une nouvelle pétition pour que M. Macron déploie enfin les moyens diplomatiques d'obtenir l'interdiction définitive de la pêche électrique en Europe. Les meilleures pratiques de pêche ne devraient pas disparaitre sous le rouleau compresseur des lobbies industriels avec la complicité des institutions politiques.

114 days ago

18 juin 2018 : BLOOM a orchestré une mobilisation européenne de pêcheurs historique contre la pêche électrique !

photo Lundi 18 juin 2018, BLOOM a orchestré une mobilisation sans précédent de pêcheurs à IJmuiden (Pays-Bas), Nieuwpoort (Belgique), Lowestoft (Royaume-Uni), sur sept îles en Irlande (Arranmore, d’Inishbofin Island, Clare Island, Inis Lyre, Inis Oirr, Bere Island, Sherkin Island), à Flensbourg (Allemagne), Mandriola et Oristano (Italie), Saint-Mandrier , Saint-Jean-de-Luz et Boulogne-sur-Mer (France).

Les pêcheurs artisans ont répondu à notre appel car leur avenir est aussi sombre qu’un tunnel dont on ne voit pas le bout. Rares sont les individus qui plaident pour leurs droits et leur devenir au sein des institutions européennes.

« Le chalut électrique, pour nous, c’est le nouveau saut technologique qui pourrait menacer l’ensemble de la pêche européenne. Pourquoi on est arrivés à une diminution de plus de la moitié des bateaux ? Parce que l’Europe a subventionné la construction de bateaux plus gros, avec cette histoire de chaluts électriques, on est exactement dans le même scénario. On va subventionner, on va favoriser par la loi une technique de pêche encore plus efficace, encore plus intensive.

Quel sera le résultat ? Moins de bateaux, c’est certain.

5% d’autorisation, pour nous, ce n’est pas scientifique, une pêche scientifique devrait être un protocole avec des bateaux pilotes, un nombre cadré, un pourcentage ne veut rien dire. »

Ken Kawahara, porte-parole de la Plateforme de la Petite Pêche

« Les chalutiers électriques néerlandais sont chez nous, dans les eaux françaises, 80% de leur temps. Nous avons perdu plus de 50% de production entre 2012 et 2017. Ca fait 30 ans que je fais ce métier et j’ai toujours fait ce que j’ai pu pour pérenniser cette activité de pêche. Or on ne peut pas pérenniser une activité sans protection des ressources.

Nous étions 79 navires en 2014, en 2018 nous serons 42 bateaux parce que les pêcheurs hollandais qui pêchent à l’électricité sont venus en concurrence déloyale.

Ne laissez pas des pêches « innovantes » arriver qui vont plus vite que la reproduction du poisson. La Commission européenne ne parle que de préservation de la ressource mais n’est pas capable de légiférer dans ce sens. »

Stéphane PINTO, représentant des fileyeurs des Hauts de France

Soutenez notre combat en interpellant les chefs d'Etats européens sur https://stopelectricfishing.org

139 days ago

Pêche électrique- Interpellation citoyenne d'Emmanuel Macron et de Stéphane Travert

photo STOP à la diplomatie d'affichage ! Depuis notre victoire collective au Parlement européen en janvier 2018, la France s’est elle aussi prononcée en faveur d’une interdiction définitive de la pêche électrique, par la voix même du Président de la République.
Or pour le moment, nos services diplomatiques ne font rien pour gagner ce combat européen !
Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM explique : « Si aucun Etat n’a été convaincu de défendre l’interdiction de la pêche électrique, c’est que la France n’a pas même tenté de le faire. Nous sommes face à un problème de double langage du politique, ni plus, ni moins. Il y a un hiatus gigantesque entre l’affichage du gouvernement et les moyens mis en œuvre. Si la France ne se mobilise pas urgemment, il sera impossible de gagner l’interdiction de cette pêche destructrice. »
Le 23 mai, BLOOM, en association avec deux personnalités, l’auteure Capucine Dupuy et l’artiste « Terreur Graphique », dénoncent le scandale de la pêche électrique dans une BD humoristique.
BLOOM appelait les citoyens à interpeller Emmanuel Macron et Stéphane Travert pour leur demander d'agir en faveur de l’interdiction de la pêche électrique :
Plus de 420 partages sur twitter, 2 960 partages sur Facebook et 8 782 e-mails leur ont été envoyés en quelques jours.
Espérons qu'Emmanuel Macron entende la volonté citoyenne et l'urgence sociale pour les pêcheurs artisans car les négociations européennes (le fameux trilogue) pour décider du sort de la pêche électrique s’accélèrent et pourraient même se conclure avant l’été.

178 days ago

Claire Nouvian reçoit le prix Goldman pour l'environnement

photo BLOOM est fière d’annoncer que sa fondatrice et présidente, Claire Nouvian, reçoit aujourd’hui à San Francisco le « Prix Goldman pour l’environnement » pour la bataille acharnée que BLOOM a menée contre le chalutage en eaux profondes et qui a conduit à son interdiction au-dessous de 800 mètres de profondeur dans l’Union européenne. Créé en 1989 par Richard et Rhoda Goldman, le Prix Goldman, souvent décrit comme le « Prix Nobel pour l’Environnement », récompense chaque année des défenseurs de la nature issus des six continents.
Le prix Goldman est une reconnaissance majeure pour les batailles sans concession effectuées par les lauréats pour mettre fin à la destruction de la planète, parfois au prix de leur vie, comme ce fut le cas pour Berta Cáceres ou Isidro Baldenegro López. Les lauréats du Prix Goldman ont en commun d’être parvenus à des résultats concrets pour l’environnement alors que toutes les forces s’opposaient à eux : multinationales, gouvernements, institutions, science d’Etat, mafias et parfois forces armées.

« Ce prix est une consécration de l’efficacité et de la persévérance de BLOOM à lutter contre la corruption des systèmes politiques et le cynisme des industriels » a réagi Claire Nouvian, lauréate 2018. « Je le reçois à titre individuel pour la campagne contre le chalutage profond mais c’est une victoire collective qui a impliqué de nombreux individus tels que Matthew Gianni de la Deep Sea Conservation Coalition et ma précieuse collaboratrice Sabine Rosset, directrice de BLOOM, sans laquelle nous n’aurions jamais obtenu une interdiction du chalutage profond en Europe ».

En 29 ans d’existence du prix, Claire Nouvian est la deuxième Française à être distinguée.

184 days ago

Nouvelle plainte contre les Pays-bas

photo L'association BLOOM porte plainte pour la seconde fois contre les Pays-Bas car cet État membre de l’Union européenne n’en respecte aucunement les règles. BLOOM interpelle aujourd’hui la Commission européenne à propos d’un manquement élémentaire du gouvernement néerlandais au droit européen : les Pays-Bas sont la seule nation de pêche importante en Europe à ne pas avoir publié les aides publiques qui ont été allouées à ses flottes entre 2007 et 2014.[1]
Toutes les grandes nations de pêche européennes se soumettent, avec plus ou moins de bonne volonté et de réactivité, à l’obligation de rendre publiques les données concernant les bénéficiaires du Fonds européen pour la pêche (FEP), l‘instrument financier qui a alimenté en subventions publiques les flottes de pêche européennes pour la période allant de 2007 à 2014.
Sauf les Pays-Bas.
Pour BLOOM, cette opacité n’a rien de fortuit. « Les 84 licences que les Pays-Bas ont réussi à obtenir pour utiliser le courant électrique en mer ont été accordées entre 2007 et 2014 » constate Claire Nouvian, présidente de BLOOM et signataire de la plainte, « c’est-à-dire précisément la période pour laquelle les autorités néerlandaises ne se plient pas aux exigences réglementaires de transparence. »
UN SCANDALE FINANCIER DE GRANDE AMPLEUR
En utilisant les seules données publiques actuellement disponibles, c’est-à-dire les aides que les Pays-Bas ont allouées à partir de 2015, BLOOM a déjà pu calculer que les navires néerlandais ont touché au minimum 5,7 millions d’euros de fonds publics. « Si depuis août 2015 uniquement, les Pays-Bas ont distribué près de 6 millions d’euros à leurs navires de pêche électrique alors que l’immense majorité des conversions se sont faites entre 2007 et 2014, ça laisse présager un scandale financier européen de grande ampleur, en plus du scandale écologique, social et politique que nous avons révélé sur ce dossier » déclarait Frédéric Le Manach, directeur scientifique de BLOOM.
La chercheuse Laetitia Bisiaux, qui mène les investigations de BLOOM sur la pêche électrique, a réagi en insistant sur un autre aspect inacceptable du dossier : « Les dérogations accordées à la pêche électrique ne poursuivaient aucun objectif scientifique et n’ont eu d’autre finalité que le sauvetage d’une industrie destructrice et polluante. Les Pays-Bas doivent impérativement révéler aux citoyens européens combien d’argent public a été alloué à leurs navires pour la pêche électrique, que ce soit au titre de la supposée « recherche » qu’ils n’ont jamais faite ou pour équiper les bateaux. »

223 days ago

Pêche électrique : nouveau succès ! L'Assemblée nationale vote à l'unanimité l'interdiction de la pêche électrique en Europe

photo Notre combat pour l'interdiction de la pêche électrique porte ses fruits : la Commission Pêche puis le Parlement européen ont voté pour son interdiction le 16 janvier dernier.
Avant-hier, le 06 mars, c'est au tour de l'Assemblée nationale de se prononcer unanimement pour son interdiction.
Nous sommes fiers de partager avec vous cette nouvelle victoire qui marque le large soutien des parlementaires français à notre campagne sans laquelle le sujet n'aurait pas émergé dans l'espace public.

Notre prochain objectif de campagne : continuer à maintenir la pression sur la France et convaincre les autres États membres

Les négociations de trilogue entre la Commission, le Parlement, et le Conseil de l’Union européenne commencent le 19 mars prochain et s’annoncent « rudes ». Dès le vote au Parlement européen, le gouvernement néerlandais a nommé un ambassadeur, Cees Veerman, ancien ministre de l’agriculture et des pêches des Pays-Bas pour convaincre les autres pays de l’Union et les autorités européennes. Les Néerlandais disposent d’un certain nombre de moyens de pression : quotas de pêche, construction de bateaux, capitaux dans des armements européens (notamment français) et les moyens financiers d'exercer leur lobbying féroce.
Si la France a publiquement clarifié sa volonté d'interdiction totale et définitive de la pêche électrique, notre ministre n'a pas encore démontré son plan d'action pour obtenir le soutien d'autres Etats.
Nous devons donc nous aussi aller chercher des alliés un par un car encore très peu de pays ont affirmé leur opposition à la pêche électrique.

Pour porter votre voix au niveau des Etats-membres, nous avons besoin de trouver des chargés de campagne dans les principaux Etats-membres et sensibiliser l'opinion publique dans ces Etats.

Ensemble, nous pouvons y arriver ! MERCI d'agir à nos côtés !

247 days ago

VICTOIRE ! Le Parlement européen se prononce pour une interdiction définitive de la pêche électrique

photo Le 16 janvier, le Parlement européen s'est prononcé à 402 voix contre 232 pour l’interdiction totale et définitive de la pêche électrique en Europe. L’issue du vote est demeurée incertaine jusqu’au dernier moment, les pêcheurs industriels néerlandais se déchaînant auprès du Parlement qui a été inondé de « fake news » de la part des lobbies. Des mensonges qui ont été fermement dénoncés par plusieurs élus dans le débat de plénière hier soir dans l’hémicycle, notamment Yannick Jadot (Verts/ALE) et Younous Omarjee (groupe GUE).

« C’est une victoire formidable pour les océans, pour les pêcheurs artisans et pour l’Europe » a déclaré Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM. « L’équipe de BLOOM a travaillé nuit et jour depuis des semaines pour obtenir ce résultat. Nous sommes heureux et soulagés que le parlement s’oppose fermement à une pratique destructrice qui n’a été autorisée en Europe qu’en raison d’une collusion immorale entre lobbies industriels et institutions. Le Parlement s’est désormais saisi du dossier et va demander des comptes à la Commission européenne sur les conditions d’octroi de dérogations injustifiées et contraires aux avis scientifiques qui, jusqu’à hier soir en débat de plénière, continuaient à être détournés de façon inacceptable par la Commission. La partie ne fait que commencer. »

Cette victoire parlementaire est le succès collectif des pêcheurs artisans et de plusieurs ONG réunies par BLOOM dans une coalition informelle qui a déployé toute sa puissance de conviction. Les pêcheurs artisans de la plateforme LIFE (Low Impacts Fishers of Europe), de la Plateforme de la petite pêche artisanale, les fileyeurs des Hauts de France, les pêcheurs anglais de Lowestoft Fish Market Alliance, Thanet fishermen / Queenbourgh fishermen, Fishermen United, Leigh and Southend fishermen, Mersea Island Fishermen, les pêcheurs écossais The Community of Arran Seabed Trust (COAST) et Sustainable Inshore Fisheries Trust, les pêcheurs irlandais de Irish Islands Marine Resource Organisation (IIMRO), les pêcheurs artisans espagnols par le biais de la Fondation Lonxanet et les ONG Irish Wildlife Trust, End Ecocide on Earth, Notre affaire à tous, Blackfish, Our Fish, Blue Marine Foundation se sont mobilisées à nos côtés pour faire entendre leur voix et alerter les députés sur les conséquences de leur vote. « Lâchés par leurs instances de représentation nationale qui ont conclu ou sont en train de conclure des accords avec les industriels néerlandais, les pêcheurs artisans européens ont compris qu’il était temps de se prendre en mains politiquement pour assurer leur avenir » déclarait Claire Nouvian.

« La présence des pêcheurs a fait une immense différence. Leur urgence est palpable, leurs chiffres sont alarmants : ils sont réellement en grande difficulté, les députés ont compris le problème systémique qu’ils allaient créer » complétait Frédéric Le Manach, directeur scientifique de BLOOM. « BLOOM a construit une argumentation scientifique imparable basée sur le travail extrêmement rigoureux de notre chercheuse Laetitia Bisiaux. Ca n’a pas été immédiat de renverser les dégâts produits par des années de lobbying forcené des industriels dans un calendrier parlementaire qui jouait en leur faveur, mais in fine, la puissance des données scientifiques l’a emportée. »

La mobilisation de la société civile et des acteurs privés a également été extraordinaire et a contribué à créer un terrain favorable au ralliement des politiques à la cause défendue par la coalition pêcheurs-ONG. Dès avant noël, l’association des Poissonniers de France (PdF), le groupe MERICQ, de nombreux poissonniers et entreprises de transformation de poisson comme le groupe AgroMousquetaires s’étaient positionnés en faveur de politiques d’achat éliminant les poissons provenant de la pêche électrique. Ce matin, le groupe CARREFOUR a pris l’engagement de ne pas commercialiser d’espèces pêchées à l’électricité. La semaine dernière, l’association Relais & Châteaux annonçait son engagement aux côtés de BLOOM pour lutter contre les pêches destructrices comme la pêche électrique. A l’initiative du chef Christopher Coutanceau, plus de 220 chefs de 21 pays différents, s’engageaient à ne jamais s’approvisionner en poissons pêchés à l’aide de courant. Pour finir, la pétition de BLOOM pour une interdiction définitive de la pêche électrique a dépassé 100 000 signatures ce matin.

BLOOM tient toutefois à rappeler que les mesures sur la pêche électrique s’inscrivent dans un règlement « Mesures Techniques », qui lui, est extrêmement nuisible pour la santé des océans. Ce Règlement a été l’occasion pour le rapporteur PPE espagnol Gabriel Mato de rouvrir la boîte de Pandore des standards européens de conservation marine et de faire beaucoup de dégâts à des acquis fondamentaux de la Politique Commune de la Pêche. « Gabriel Mato est allé trop loin. » Affirmait Björn Stockhausen de l’association Seas-At-Risk. « Résultat : il met l’avenir de l’océan et de la protection des écosystèmes en péril. A part pour la pêche électrique, le règlement est inacceptable en l’état. Attendons de voir ce qui se produira en trilogue. »

Dans ce contexte, impossible de prédire les étapes que connaîtra ce règlement, mais une chose est sûre pour BLOOM et ses nombreux alliés politiques, pêcheurs et ONG : les lobbies industriels néerlandais viennent de vivre un tsunami et leur agressivité et malhonnêteté commencent à leur coûter cher. Claire Nouvian concluait : « Je crois pouvoir m’exprimer au nom de notre coalition informelle en affirmant que nous ne lâcherons pas jusqu’à ce que la pêche électrique soit totalement et définitivement interdite en Europe. »

350 days ago

URGENCE SIGNEZ NOTRE PÉTITION CONTRE LA PÊCHE ELECTRIQUE

photo L'électrocution des poissons pourrait être autorisée par la Commission "Pêche" du Parlement européen le 21 novembre prochain.
Signez notre pétition pour interpeller les députés et diffusez-la auprès de votre entourage !

Date Montant reçu HT
26/09/2018 956.2687 $
30/08/2018 1724.8795 $
28/07/2018 896.7126 $
29/06/2018 905.7022 $
30/05/2018 934.9184 $
30/04/2018 1696.787 $
29/03/2018 1388.8932 $
28/02/2018 1914.7848 $
29/01/2018 1752.972 $
30/12/2017 1088.8653 $
31/10/2018 859.6305 $ (à venir)
30/11/2018 500.0465 $ (à venir)
31/12/2018 943.908 $ (à venir)
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes