Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso Pour la reinsertion des enfants des rues au togo. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer Pour la reinsertion des enfants des rues au togo utilisez Lilo !

Pour la reinsertion des enfants des rues au togo

Participer à la réinsertion des enfants des rues au Togo avec le MAREM

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

127 $
Marem Togo a pour objectif de réinserer les enfants en situation de rue

Marem Togo oeuvre depuis plus de 10 ans dans les rues de Lomé pour reperer et reinserer les enfants des rues de la capitale, Lomé. Il y a plusieurs étapes et plusieurs possibilités de réinsertion

Le centre Woezon : Mise en place au coeur de notre zone d’action (centre-ville de Lomé) et inaugurée en 2013, notre espace d’accueil a pour principal objectif de faciliter nos activités de terrain, d’améliorer le travail de rue (identification, prise en charge psychosociale), de renforcer les liens entre les enfants et nos animateurs sociaux. Il s’agit d’assurer une présence permanente à la rue, d’enrichir les activités proposées aux enfants par une école de la rue, des ateliers d’activités socioculturelles (danses, animations, théâtre…), et de prioriser les réinsertions directes et professionnelles.
Dans ce premier cadre de rencontre avec les enfants en situation de rue, l’objectif des animateurs est de mobiliser la volonté de l’enfant et de l’aider à concevoir un projet (réinsertion scolaire ou réinsertion professionnelle) à la réalisation duquel le MAREM lui offrira le cadre, l’accompagnement et les moyens nécessaires. L’accompagnement psychosocial à l’Espace MAREM WOEZON axé sur la régularité des enfants à participer aux activités proposées permet in fine d’orienter adéquatement le processus de réinsertion. Concrètement, il permet de savoir si une réinsertion directe en famille couplée d’un suivi post réinsertion immédiat de l’enfant est envisageable, ou s’il faut l’orienter vers le Centre MAREM EMERA, le temps de reprendre contact avec la famille, et de faire un travail de profondeur avec les parents pour trouver une solution aux problèmes qui ont causé le départ initial de l’enfant.
6
Depuis 2013, le travail de rue permet d’offrir une première prise en charge à la rue en moyenne à 800 enfants en situation de rue.

Le travail de la rue, c’est également :
- Un soutien alimentaire et sanitaire apporté si besoin aux enfants,
- Des activités sportives avec les enfants tous les mardis à la plage IBIS,
- Une équipe psychosociale qui assure la maitrise parfaite du parcours de l’enfant, afin de concevoir avec lui un projet personnel en vue d’un retrait de la rue,
- Une rencontre avec les parents au domicile de l’enfant. Une visite indispensable pour comprendre les raisons de sa présence dans la rue, afin qu’ensemble, une solution efficace pour une réinsertion réussie de l’enfant puisse être trouvée.

Centre MAREM EMERA : Ouvert en 2008, le Centre MAREM EMERA est un centre résidentiel de longue durée où sont accueillis pour une durée maximale de trois ans, les enfants retirés de la rue, et dont le cadre familial n’offre pas encore les garanties nécessaires pour une réinsertion directe. La moyenne de la durée d’hébergement des enfants est d’environ deux ans ; une période durant laquelle une équipe salariée composée d’éducateurs spécialisés, de psychologues et d’assistants sociaux prennent en charge l’éducation intégrale des enfants et aussi la préparation des familles de ceux-ci à leur réinsertion après le séjour au centre.
La prise en charge des enfants au centre permet d’offrir aux enfants un cadre de vie communautaire, avec des règles et principes de vie bien définis, d’assurer une formation professionnelle et/ou une scolarisation avec des suivis psychologiques, et des médiations entre les parents et les enfants, une formation humaine avec des activités socioéducatives.
Une vingtaine de nouveaux enfants sont accueillis chaque année pour une réinsertion d’environ une dizaine par an.
Le centre ayant un cadre plus propice aux enfants en option réinsertion scolaire, les enfants en option formation professionnelle accueillis sont orientés vers des maîtres d’apprentissage susceptibles de les héberger après un temps d’observation au centre.
Les objectifs du centre :
- Offrir un cadre de vie communautaire aux enfants
- Assurer une formation professionnelle et/ou une scolarisation avec des suivis psychologiques, et des médiations entre les parents et les enfants.
- Assurer une formation humaine avec des activités socioéducatives, culturelles, manuelles, sportives et ludiques.
- Assurer une alimentation saine et équilibrée,
- Assurer un soutien psychologique, sanitaire et vestimentaire,
- Identifier les réelles causes du départ de l’enfant, préparer la famille à un retour de l’enfant et mobiliser les parents à prendre activement part au processus de réinsertion de l’enfant.

Pour des raisons pratiques, le centre accompagne principalement les garçons scolarisés, et en formations professionnelle.
Les activités proposées aux enfants accueillis : aide scolaire, activités socioéducatives, activités sportives, activités manuelles, activités socio-culturelles.

Lutte contre le phénomène des enfants des rues

Ce phénomène est créé et entretenu à Lomé par les contradictions propres au milieu urbain : difficultés de vie et survie des ménages, conflits domestiques, dislocations des foyers, démissions parentales, perte de l’autorité parentale, croissance démographique et carences des structures étatiques de protection juvénile.

Selon notre expérience de terrain depuis 2005, les causes du phénomène des enfants de rue ne se trouvent pas, comme on pourrait le croire, dans la croissance de la monoparentalité mais plutôt dans les familles recomposées, les remariages,causes essentielles de la fugue de nombre d’enfants qui se trouvent vivre dans la rue. Souvent c’est un conflit, ouvert ou latent, avec leur belle-mère ou leur beau-père qui poussent ces enfants à quitter le domicile familial.

Les «enfants de la rue» sont donc bien une conséquence d’une crise de la famille, bien plus qu’un problème économique. Car, en milieu urbain, même si les modes traditionnels de sociabilité résistent à l’évolution de la société urbaine, la famille change inéluctablement, surtout dans le sens d’un resserrement.

Mais, outre ce brouillage des structures familiales, la pauvreté des ménages et l’exode rural jouent un rôle non négligeable dans le phénomène des enfants de rue. Celui-ci concerne plus généralement la tranche d’âge des dix à quinze ans. Cependant, depuis 2014, plusieurs enfants de sept à neuf ans ont été rencontrés dans notre zone de travail.

Notons aussi que le phénomène touche principalement les garçons qui constituent les 95% des enfants que nous avons rencontrés depuis 2007. Les filles, plus vulnérables que les garçons lorsqu’elles quittent leur famille, s’aventurent moins souvent seules à la rue. Elles sont plus souvent victimes d’autres phénomènes et sont particulièrement exploitées comme filles de ménages ou domestiques. Elles sont également plus exposées à la prostitution infantile quand elles rompent le contact avec leur famille. La plupart du temps, elles viennent en ville effectuer les plus dures corvées domestiques, et sont soigneusement dissimulées par les familles qui les exploitent.

Le MAREM (Mouvement d’Action pour la Réinsertion des Enfants Marginalisés) est une ONG laïque, apolitique, et à but non lucratif fondée en 2005 . Son principal but est de promouvoir l’éducation et la réinsertion sociale des enfants en situation de rue. Les fondateurs du MAREM veulent ainsi apporter leur contribution à l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement fixés par les Nations Unies.
Dans la seule ville de Lomé (la capitale du Togo), plusieurs centaines d’enfants vivent depuis plusieurs années dans les rues et il suffit de faire un tour dans les quartiers populaires de la vieille ville de Lomé pour les rencontrer. Dans le quartier où nous travaillons, leur nombre a sensiblement augmenté depuis nos premières actions en leur faveur jusqu’à l’ouverture de notre espace d’accueil en 2013. Nous en enregistrons en moyenne 800 chaque année, dont environ 200 nouveaux cas. Dans la zone où intervient l’association, l’âge des enfants est compris entre 8 et 17 ans et depuis trois ans il y a une hausse sensible du nombre d’enfants âgés de moins de 10 ans. Les enfants quittent leur structure familiale et vivent à la rue pour de multiples raisons. La plupart des enfants rencontrés dans notre zone d'action (quartier BTCI-Dékon) sont des cas liés aux conflits familiaux, dus le plus souvent au remariage des parents (60% des cas enregistrés) ; d'autres sont orphelins, d’autres encore cherchent tout simplement à fuir un cadre familial devenu trop coercitif ou entaché de violences de toutes sortes. Pour certains enfin, quitter leur famille pour vivre à la rue se présentait comme l’une des solutions pour essayer de sortir de la misère ou d’une extrême pauvreté.

La réinsertion sociale

Face à ces problématiques et pour améliorer les conditions de ces enfants, le MAREM se focalise sur les objectifs suivants :
 Réinsérer les enfants en situation de rue dans la vie sociale
 Assurer un accompagnement psychosocial adéquat à ces enfants, depuis la rue
 Promouvoir une éducation de qualité pour tous les enfants
 Prévenir le fléau de la marginalisation infantile et juvénile par des sensibilisations
 Lutter contre les causes de la marginalisation (pauvreté en occurrence)
 Former et informer le public sur le phénomène des enfants en situation de rue

Le programme EMERA

La collecte Lilo participera à toutes les actions du MAREM notamment les actions à l'espace WOEZON première étape de réinsertion des enfants avec la mise en place d'atelier d’alphabétisation , d'entretiens , de jeux , de sport et au centre EMERA le travail de suivi et de réinsertion dans les familles


Lien du site: http://maremvision.org/

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Date Montant reçu HT
31/12/2018 8.9896 $ (à venir)
31/01/2019 7.8659 $ (à venir)
28/02/2019 5.6185 $ (à venir)
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes