Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso L’ENVERS DU MONDE. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer L'ENVERS DU MONDE utilisez Lilo !

L’ENVERS DU MONDE

Lutter contre la grande pauvreté dans les pays du Sud en lançant des projets à visées sociales, écologiques et créatives

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

142 $
Etre créatif pour un développement social efficace

Une démarche innovante, au service de l’insertion socio professionnelle de femmes en grande précarité

L’Envers du Monde intervient à Madagascar et au Burkina Faso pour soutenir des femmes en situation d’extrême pauvreté, le plus souvent analphabètes, sans emploi ni savoir-faire et n’ayant pas accès au micro crédit ou à de la formation professionnelle. L’Envers du monde apporte une formation et un emploi non contraignant à ces femmes, qui leur permet de travailler à domicile et de générer rapidement un revenu grâce à la fabrication d’objets artisanaux originaux imaginés par l’Envers du Monde à base de matériaux recyclés.

Créée en 2009, l’Envers du monde est une association loi 1901 à caractère humanitaire.

L’Envers du Monde a développé une démarche innovante visant à l’insertion socio – économique de femmes exclues de tout processus classique de développement.

Des produits beaux, écolos et rigolos …

L’envers du monde met un point d’honneur à créer des objets de déco rigolos à partir de matériaux de récupération disponibles dans le pays, dans le soucis de préserver l’environnement mais aussi parce que les matériaux sont quasi gratuits, ce qui permet de consacrer la plus grande partie des coûts de fabrication à la rémunération des femmes.


Pour un développement social efficace.

Les formes développées sont simples afin de pouvoir être reproduites facilement par des femmes n’ayant aucune formation ou savoir - faire.
Les femmes les plus pauvres étant sélectionnées, il s’agit également de ne jamais les mettre en échec en leur imposant des contraintes qu’elles ne pourraient tenir comme par exemple des contraintes de déplacement ou d’horaire. Il leur est donc proposé de travailler à domicile, à leur rythme : elles peuvent ainsi garder leurs enfants avec elles. Elles sont payées à la pièce sur la base d’un salaire équitable.
Les femmes qui se montrent les plus habiles sont intégrées pour travailler en atelier pour réaliser les tâches de peinture et d’enfilage de perles pour la fabrication de mobiles. Les temps de formation étant longs, elles restent quant à elles en général plus longtemps sur le projet.
En parallèle un suivi social leur est proposé (adhésion à un système de micro assurance santé, ouverture d’un compte épargne, appui à la gestion du budget familial, accompagnement pour consolider un projet à plus long terme).
L’augmentation quasi immédiate de leurs revenus et l’apprentissage d’un savoir faire leur permet de reprendre rapidement confiance en l’avenir, d’être plus autonomes en devenant plus entreprenantes.


Un suivi rapproché…

Présente au départ dans le pays, l’Envers du Monde s’engage à assurer les formations, les tests de commercialisation dans le pays d’intervention, l’achat des productions pour la commercialisation en Europe, avant d’accompagner la structuration d’une association locale capable de poursuivre le projet de manière autonome.


Pour une action pérenne

Quand l’Envers du monde ne dispose plus de permanents résidents dans le pays, l’association poursuit son soutien aux structures partenaires :
• En réalisant des missions régulières d’appui en fonction des demandes et des besoins.
• En créant de nouveaux modèles et en assurant la formation des femmes ou des responsables des associations partenaires
• En garantissant l’achat d’une partie des productions tant que la structure partenaire n’a pas consolidé un réseau de commercialisation suffisant.
• En apportant son soutien financier pour des projets d’équipement ou d’accompagnement social des femmes intégrées dans le projet.


Les actions concrètes développées depuis 2009

Depuis sa création en 2009, l’Envers du Monde a accompagné l’émergence de 2 associations locales :
• Miis’Art’dines à Madagascar qui intervient dans les bas quartiers de la capitale Antananarivo.
• Lez’Art’Dines a Burkina Faso qui travaille avec des femmes issues des zones dites non loties de la capitale Ouagadougou.

L’Envers du Monde a créé et transféré l’ensemble des modèles d’objets artisanaux imaginés à ces 2 associations. L’Envers du Monde assure régulièrement des missions de formation et d’appui pour créer de nouveaux modèles, accompagner la commercialisation locale (dont tous les revenus reviennent aux associations locales), renforcer la structuration des associations et les accompagner pour la mise en place de mesures sociales auprès des femmes intégrées dans le projet.
A Burkina Faso, l’Envers du monde a assuré la construction et l’équipement de l’atelier de fabrication.

Depuis le lancement des activités, près de 300 femmes ont bénéficié de ce projet à Madagascar et plus de 60 femmes ont été touchées au Burkina Faso.

Aux origines de l’Envers du Monde

Au départ, deux amies ayant travaillé de longues années dans le domaine du développement social dans les pays du Sud et notamment à Madagascar sont à l’origine de la création de l’Envers du monde et de cette approche.

Alors résidentes à Madagascar, toutes deux manuelles et créatives, elles développent des objets artisanaux pendant leurs temps libres qui rencontrent, à leur grand étonnement, une demande locale à Madagascar mais aussi en Europe.

C’est alors que germe l'idée de développer une forme de travail s'adaptant aux réalités de femmes très pauvres vivant dans les bidonvilles d’Antananarivo avec moins de 1 euros / jour pour toute la famille. Souvent analphabètes, sans formation ni savoir-faire (elles sont généralement lavandières, laveuses de sacs plastiques, porteuses de briques), mères de nombreux enfants en bas âge, elles n’ont accès ni au micro-crédit, ni à de la formation professionnelle et aucune solution économique ne leur est proposée.

La méthode est testée au départ avec quelques femmes sélectionnées pour leur niveau de pauvreté. Formées en quelques heures à la technique du papier mâché, elles travaillent à domicile à leur rythme et sont payées à la pièce sur la base d’un salaire équitable. Les revenus dégagés permettent rapidement d’améliorer le quotidien et il devient alors possible de travailler avec elles sur des questions de gestion de budget familial, de scolarisation, de perspectives professionnelles à plus long terme… Plusieurs femmes témoignent du fait qu’elles sont fières de fabriquer quelque chose de leurs mains, qu’elles se font des amies, que les relations conjugales s’améliorent et qu’elle retrouvent confiance.

Devant le succès social de cette approche, les deux amies décident de créer l’Envers du Monde, afin de structurer des associations locales capables de poursuivre le projet, de rechercher des débouchés commerciaux à l’international afin d’assurer des commandes régulières aux associations pour qu’elles puissent payer les femmes, de développer de nouveaux modèles et d’autres projets dans d’autres pays, afin de lutter contre la grande pauvreté.

Des objectifs durables

• Lutter contre la grande pauvreté en milieu urbain dans les pays du sud
• Développer des projets sociaux innovants qui utilisent des méthodes qui accompagnent les familles vers plus d’autonomie, ne les rendent pas dépendantes de l’aide en les maintenant dans une spirale de l’échec.
• Créer des emplois durables pour des femmes en situation de précarité sociale et économique, autour des activités du recyclage.
• De manière indirecte, réduire les déchets et sensibiliser les populations aux questions de gestion des déchets et de protection de l’environnement.

Electrifier l’atelier du Burkina Faso avec une installation solaire et construire une permanence sociale pour toucher de nouvelles femmes

Électrification solaire de l’atelier

L’atelier construit en 2014 par l’Envers du Monde au Burkina Faso est situé en zone dite non lotie et ne peut être relié au réseau d’électricité classique.
L’électrification solaire du bâtiment permettrait aux femmes de travailler dans de meilleures conditions, mais aussi de développer une activité de couture (nous avons déjà 2 machines à coudre). Pour le moment les femmes travaillent essentiellement le papier mâché. Cette nouvelle activité basée autour de la couture permettrait de recruter 10 nouvelles à 15 femmes qui réaliseraient des objets à base de chutes de tissu récupérées chez les couturiers.

Construction d'une permanence sociale en banco (terre séchée)

Dans le quartier où est implanté l’atelier de Lez’Art’Dines au Burkina Faso, résident de nombreuses familles très pauvres. Lez’Art’Dines et l’Envers du monde souhaitent construire une permanence sociale dans l’enceinte de l’atelier, qui permettrait le suivi social de nouvelles familles et de mener divers ateliers avec les parents et leurs enfants (atelier d’éveil mamans / bébés, groupes de paroles…), démultipliant ainsi l’impact de nos actions.


Lien du site: https://www.lenversdumonde.com/

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Date Montant reçu HT
31/12/2018 12.3607 $ (à venir)
31/01/2019 15.7318 $ (à venir)
28/02/2019 6.7422 $ (à venir)
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes