Le saviez-vous ? Le moteur de recherche Lilo.org permet de financer l'asso Eau et Rivières. Tous les soutiens comptent !

En savoir plus

Pour aider à financer Eau et Rivières utilisez Lilo !

Eau et Rivières

Lutter pour la qualité de l'eau et la préservation des milieux naturels en Bretagne

Partager ! Mobilisez vos proches pour soutenir ce projet

$

1 967 $
« L’association Eau & Rivières de Bretagne, créée en 1969 […], a développé une activité militante particulièrement importante, et s’est imposée comme partenaire majeur dans le débat régional » (Le Monde, 30 novembre 2004).

Eau et Rivières de Bretagne

Eau et Rivières de Bretagne, est une association de protection de la nature, d’éducation à l’environnement, d’éducation populaire, de défense des usagers et des consommateurs d’eau créée en 1969.

Libre de toute appartenance politique, syndicale, professionnelle et confessionnelle, Eau et Rivières de Bretagne œuvre en toute indépendance et de manière désintéressée dans les quatre départements bretons, la Manche et la Loire-Atlantique

Eau et Rivières de Bretagne dispose de plusieurs agréments des pouvoirs publics autours desquelles elle définit ses actions :
- la protection de la nature,
- la défense et l’information des consommateurs,
- l’éducation nationale,
- l’éducation populaire.

Nos actions pour l’environnement

L’association lutte contre l'ensemble des problèmes de gestion et de pollution de l'eau et des milieux naturels de la source à la mer.

Pour cela, Eau et Rivières agit sur près 30 000 km de cours d’eau et 2 730 km de littoral selon 3 axes :
- élever le niveau de conscience environnementale afin de devenir acteur de la transition écologique. Elle se fait par trois moyens :
• l’éducation à l’environnement (sorties nature, classes d’eau et de rivières, séjours de loisirs, événements, campagnes de sensibilisation, formations …)
• l’information (colloques, livrets biodiversité, articles dans notre magazine trimestriel, sur notre site web, sur les réseaux sociaux, dans les médias…)
• la participation au débat public

- la réglementation pour protéger notre environnement :
• Eau et Rivières et ses 1300 membres se mobilisent afin que la réglementation en vigueur soit respectée que ce soit par les particuliers comme par les instances publiques. Cela se traduit de divers moyens : en assurant le suivi de plus d’une centaine de cas de pollutions, en contrôlant les mentions apposées sur les produits dangereux (ce qui n’est pas toujours respecté par les distributeurs), en accompagnant les citoyens ayant constatés une pollution dans leurs démarches (plateforme "Sentinelle de la nature"), ou encore en exerçant des recours en justice
• l’association co-construit les politiques de l’eau et du développement durable en participant à environ 300 commissions décisionnaires à différentes échelles (comme les Commissions Locales de l’Eau, Commission Nationale Nitrate, groupe de travail national « cours d’eau »…)

- intervention citoyenne : Eau et Rivières de Bretagne intervient également sur le terrain à l’occasion de chantiers organisés. Cela s’illustre par des opérations de ramassages de déchets, de restauration de cours d’eau ou de zones humides, de création de refuge à amphibiens, de fabrication d’abris pour les animaux (nichoirs, hôtels à insectes, gîtes à hérissons…), des inventaires des points d’eau patrimoniaux…

Notre Impact

Les bénéficiaires de nos actions sont les personnes qui consomment l’eau du robinet, qui se baignent dans les eaux récréatives de Bretagne, qui pêchent en rivières ou en bord de mer, qui se procurent des produits issus de l’agriculture bretonne consommatrice d’eau ou issus de concessions maritimes bretonnes (conchyliculteurs )…

Parmi nos succès
1975 : Opérations « rivière propre » sur le Leff (22), l’Elorn (29), Le Scorff (56),... qui réunissent chaque fois des centaines de bénévoles et créent une dynamique populaire autour des cours d’eau bretons
1978 : Participation au sauvetage de la tourbière de Langazel (29) plus ancienne tourbière de France
1981 : Abandon des projets de barrage sur l’Aulne, la Laïta et le Trieux
1986 : Création du premier Centre Régionale d’Initiation à la Rivière à Belle Isle en terre (22) afin de sensibiliser le plus grand nombre à la connaissance et au respect des milieux naturels aquatiques et à la ressource en eau (il sera transféré à son emplacement actuel, l’ancien Château de Lady Mond,en 1999)
1993 : Lancement d’un contentieux européen pour non application de la directive eaux de consommation
1997 : Création de la malle Gaspido, outil pédagogique pour apprendre les économies d’eau (vendu depuis à plus de 100 exemplaires)
2000 : Plainte contre Monsanto pour publicité mensongère (qui sera condamnée en 2009 !)
2005 : Interdiction d’utilisation de pesticides dans les caniveaux et à moins d’1m des fossés et rivières
2009 : Condamnation de l’État au sujet des marées vertes
2011 : Projet de méga-décharge à Plouray (56) abandonné (trop d’impact sur zones humides et sur les terres agricoles) et Ouverture de l’aquarium des curieux de nature à Belle-Isle-en-Terre
2012 : Fuite de canalisations à Donges (44), la raffinerie Total condamnée
2014 : Allongement de la période d’interdiction d’épandage de lisier avant semis de maïs et Création de la 1er malle pédagogique "Korridor" sur les couloirs écologiques
2015 : Abandon du projet de rocade de Landerneau
2016 : Engagement d’un recours inter-associatif contre le projet d’Aéroport de Notre Dame des Landes
2017 : Eau et Rivières franchit le cap symbolique des 100 associations locales membres une reconnaissance implicite du travail accompli et de l’intérêt général

Toujours pas convaincu ?

En matière de contentieux, depuis 1988 ce sont plus de 700 décisions définitives, dans lesquelles l'association Eau & Rivières de Bretagne était partie prenante qui ont été rendues : 20 % par les juridictions administratives, 80 % par les juridictions judiciaires. Sur les 25 dernières années (1988/2013), le taux de réussite de ces actions est de 86 %, confirmant ainsi les caractères particulièrement sélectif et maîtrisé des interventions en justice de l'association

Zones humide de Plélo, un exemple parmi des centaines :
Les faits ont lieu sur la commune de Plélo dans les Côtes d'Armor (22). Les cours d’eau de cette commune se jettent en baie de Saint Brieuc, site victime des marées vertes.
1er acte, le contexte : Suite à un épisode de sécheresse prononcé en 1976, Eau et rivières réclame l'arrêt de la destruction des zones humides de la commune. Ces milieux naturels agissent comme des éponges en réalimentant les cours d’eau en été avec l’eau qu’ils ont accumulés en hiver, ils améliorent la qualité de l’eau et abritent une faune et une végétation spécifique.
Pour protéger ces milieux, l’association demande que leur inventaire soit entrepris. Il faudra attendre 1992 pour que la loi sur l'eau en fasse un objectif prioritaire et 2008 pour que cet inventaire débute.
2nd acte, destruction massive de ces milieux : Pourtant en avril 2009, l'exploitant d'une carrière détruit plus d'un hectare de zones humides récemment classées. Eau et Rivières tente de faire arrêter les travaux mais sans succès. Le 18 septembre 2009, les agents de L’État dressent enfin un procès verbal.
3ème acte, demande de remise en état du site : le 18 janvier 2010 le président d'Eau et Rivières demande au procureur d'engager des poursuites en vue d'une remise en état du site. Le 21 septembre après deux mises en demeure préfectorales de remise en état non exécutées, le procureur décide de poursuivre le carrier. Eau et Rivières demande de citer à comparaître et de se constituer partie civile durant le procès. Elle obtient la condamnation du carrier le 21 juin 2011. La société fait appel du jugement et devant la cours d'appel le 21 novembre 2013 elle affirme n'avoir qu'un désir : « celui de restaurer la zone humide ». La cour les prend au mot ! Le 11 septembre 2014, la cour d'appel constate que la remise en état a été effectuée selon les conditions prévues.
Pour la petite histoire le carrier avait demandé à Eau et rivières de « superviser » ses travaux de remise en état !

Pourquoi vos gouttes comptent ?

Vos dons financent et encouragent l’ensemble de nos actions :
-l’éducation : en permettant l’acquisition de matériel éducatif, en contribuant au développement de nouveaux projets pédagogique, en participant à la conception et à l’impression de livrets et de revues à but pédagogique, en maintenant l’emploi d’animateur nature professionnels…
-la veille environnementale : en nous aidant à déployer la plateforme Sentinelle de la nature et financer nos actions juridiques dans les cas les plus extrêmes, en assurant l’hébergement de notre site internet, source d’information réglementaire…
-les actions citoyennes : en participant à l’achat de matériel pour nos interventions sur le terrain et à nos supports de communications

C’est ainsi que collectivement et avec vos gouttes d’eau, nous assurerons la préservation de la qualité des eaux et des milieux naturels bretons. La baisse des aides publics nous oblige à nous tourner vers d’autres sources de financement, Lilo est l’un des petits ruisseaux qui peut nous aider à alimenter une grande rivière.


Lien du site: http://www.eau-et-rivieres.org/home

Ce projet n'a pas encore publié d'actus.

Date Montant reçu HT
05/12/2018 158.4417 $
01/11/2018 182.0394 $
26/09/2018 226.9874 $
30/08/2018 278.6776 $
28/07/2018 293.2857 $
02/05/2018 129.2255 $
31/12/2018 176.4209 $ (à venir)
31/01/2019 219.1215 $ (à venir)
28/02/2019 220.2452 $ (à venir)
Lilo reverse l'argent tous les mois, à partir de 100€.

Questions Fréquentes